URGENCES... IL Y A URGENCE !!!

Communiqué de presse intersyndical FSU-CGT-Solidaires
mardi 27 novembre 2012
par  vm
popularité : 48%

Dans bon nombre de villes, le secteur social est entrain de craquer, notamment les dispositifs d’hébergement d’urgence. Tours n’y échappe pas. Une cinquantaine d’enfants, d’hommes et de femmes, bien qu’ayant appelé le 115, restent tous les soirs à la rue. Certains n’appellent même plus.

En novembre 2012, les salariés du 115 ont fait valoir leur de droit de retrait. Le service n’a pas fonctionné pendant plusieurs jours. Ces salariés ne supportent plus de devoir répondre « non » à la plupart des appels de personnes en détresse.

Le fonctionnement du dispositif d’accueil d’urgence est devenu intolérable tant pour les usagers que pour les salariés du secteur social. Bien souvent les familles sont accueillies dans des hôtels infâmes, ou dans une salle à manger d’hôtel transformée en dortoir avec 15 matelas à même le sol, sans qu’aucune intimité ne soit respectée. Cette « salle commune » (dixit le directeur de la Direction Départementale de Cohésion Sociale) qui existe depuis 1 an devait être fermée officiellement le 19 novembre. Or, des femmes et des enfants y sont encore hébergées.

Récemment, un logement a été loué pour accueillir une quinzaine de femmes et d’enfants. Dans quelques jours, les conjoints et pères de ces familles devraient passer la nuit dans un bus garé près de ce lieu d’hébergement. Quotidiennement, des familles sont séparées : lorsqu’il y a de la place, la mère et ses enfants sont hébergés ; le conjoint et père reste à la rue. Bon nombre demandeurs d’asile n’ont que le ciel pour toit.

Si l’État appliquait la législation qu’il est censé faire respecter,
plus personne ne resterait à la rue contre son gré.
Il en va de même pour les collectivités territoriales, notamment le Conseil général et la mairie.

Quelques exemples :
- En février 2012, le Conseil d’Etat, dans un arrêt, a institué le droit à l’hébergement comme étant une liberté fondamentale. Cela signifie que toute personne appelant le 115 doit pouvoir être hébergée le soir même.
- Dans bon nombre de foyers d’urgence, le nombre de nuits d’hébergement est limité. A Tours la règle des 3 nuits est appliquée en toute illégalité. Le Code de l’action sociale et de la famille précise que « toute personne accueillie dans une structure d’urgence doit pouvoir bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer... jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée... vers une structure d’hébergement stable ou de soins ou vers un logement... »
- Toute femme ayant au moins un enfant de moins de 3 ans doit être prise en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance, qui dépend du Conseil Général, comme l’impose le Code de l’action sociale et de la famille. Ainsi si elle est à la rue, elle doit être hébergée avec ses enfants.
- Le Conseil d’État stipule dans 3 arrêts que l’État est obligé d’assurer l’hébergement, la vêture et la nourriture pour tous les demandeurs d’asile. La préfecture de la région Centre a imposé un dispositif d’urgence totalement illégal. Après 7 nuits d’hébergement ceux-ci sont jetés à la rue si les autorités préfectorales le décident.
- le maire et/ou le préfet peuvent réquisitionner des logements vides lorsque des personnes ne peuvent se loger.

Sous prétexte que les finances se réduisent, on ne peut plus accepter qu’on bafoue les droits des usagers et que l’on dégradent les conditions de travail des salariés du secteur social.
Des moyens, il y en a !
Il n’y a pas assez de places d’hébergement. Pourquoi le Préfet et/ou le maire ne réquisitionnent-ils pas des locaux ou des logements vides pouvant accueillir dignement des personnes à la rue, alors que la loi l’autorise ? Il y en aurait 5000 à Tours selon l’INSEE.

Comme tous les ans, la préfecture a déjà un dispositif hivernal de prêt proposant des conditions d’hébergement insatisfaisantes. Comme tous les ans, elle attend une significative de la température pour qu’il soit mis en œuvre.

Plusieurs associations du secteur social se mobilisent pour obtenir des locaux afin d’ouvrir des places d’hébergement d’urgence supplémentaires. Elles organisent une nuit de la solidarité le 5 décembre à partir de 19 heures, place de la Préfecture.

La lutte pour obtenir des moyens supplémentaires est une condition nécessaire mais non suffisante pour le respect de la dignité des usagers et l’amélioration des conditions de travail des salariés du secteur social.
Si la dignité des usagers n’est pas respectée, il y a tout lieu de craindre que ce nouveau dispositif conduise encore une fois à générer des conditions inhumaines envers les usagers. Les travailleurs sociaux seront toujours en contradiction avec les deux piliers qui fondent leur profession : l’aide à la personne et le respect des droits des usagers en les aidant à les faire valoir.

Nous exigeons que :
- toute personne, quelque soit son statut administratif, sollicitant le 115 puisse être hébergée dans des conditions respectant sa dignité et ses droits
- toute personne hébergée en urgence puisse bénéficier d’un accompagnement social et qu’une orientation réelle et concrète lui soit proposée ; il faut en finir avec le turn-over fondé sur le nombre limité des nuits d’urgence
- les familles ne soient plus séparées
- toute femme ayant au moins un enfant de moins de 3 ans soit prise en charge avec ses enfants par l’ASE
- les hôtels infâmes ne soient plus des lieux d’hébergement.

Nous appelons les salarié(e)s à un débrayage le 28/11/12 de 14h à 17h pour une :

CONFERENCE DE PRESSE MERCREDI 28 NOVEMBRE 2012 A 15 H dans les locaux de Sud Santé (hôpital Bretonneau) 299 rue Victor Hugo 37 000 Tours (face aux locaux de SOS MEDECINS)

NOUS APPELONS LE 5 DECEMBRE A 19 PLACE DE LA PREFECTURE A SE MOBILISER POUR :

LE RESPECT DE LA DIGNITE ET DES DROITS DES USAGERS ET DES SALARIES
L’OBTENTION DE MOYENS SUPPLEMENTAIRES
NOTAMMENT L’OUVERTURE DE LOCAUX POUR DES HEBERGEMENTS DIGNES

Les sections syndicales SUD, FSU et CGT de l’Entr’Aide Ouvrière et des salariés de l’EAO


Contact

FSU 37


Maison des Syndicats
18 rue de l’Oiselet
37550 St Avertin.


Tél/fax : 02 47 64 93 01
Mél : fsu37@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois