Regards sur l’enseignement professionnel public

N°96 Novembre 2013 SUP n°1
vendredi 20 décembre 2013
par  vm
popularité : 99%

EDITO

Apprentissage, il n’ont que ce mot à la bouche !

Afin d’accroître les moyens consacrés aux formations en apprentissage, le
gouvernement propose de modifier l’affectation des sommes prélevées au titre de la taxe
d’apprentissage. Le quota, càd
la part obligatoirement réservée au développement des
formations en apprentissage (notamment les CFA) passerait de 53 à 59 %. Ainsi, le horsquota,
ou barème, qui permet de financer les établissements de formation technologique
et professionnelle passerait de 47 à 41 %. Cette décision reviendrait à réduire le barème
d’environ 50 millions d’euros à partir de 2015.

Selon le gouvernement, ces mesures de rééquilibrage doivent permettre
d’atteindre l’objectif de 500 000 apprentis en 2017.
En clair : toujours moins de ressources pour les lycées professionnels.

Dans le même temps, le ministre de l’Éducation Nationale exprime la volonté
d’augmenter de 50 % d’ici à 2017 le nombre d’apprentis sous statut scolaire pour atteindre
60 000 jeunes en formation dans les EPLE (Établissements Publics Locaux
d’Enseignement) de l’Éducation Nationale. Il dit vouloir créer les conditions d’une
« synergie » entre formation sous statut scolaire et formation par apprentissage. Les
jeunes emprunteraient des « passerelles » entre les deux voies. Tout ce que dénonçait
déjà le SNUEPFSU
lors de la mise en place du Lycée des Métiers. Idée relancée avec la
création des Campus des Métiers et des Qualifications, dans lesquels seraient regroupés
des lycées professionnels et polyvalents, certains pouvant être labellisés « lycées des
métiers » ; des centres de formation d’apprentis, des organismes de formation
initiale et continue privés
ou publics, des établissements d’enseignement supérieurs, des
entreprises
qui pourraient utiliser les plateaux techniques des lycées, des laboratoires de
recherche. Il reposera sur un secteur d’activité, pôle de compétitivité régional, soutenu
par la collectivité pour répondre à des besoins économiques et sociaux du territoire.

En clair : siphonnage des lycées professionnels et charge pour les PLP de
« récupérer » les jeunes en rupture de contrat d’apprentissage.

Tout ceci, nous dit-on
pour “fluidifier” les parcours des jeunes. Rappelons quand même,
qu’un jeune en contrat d’apprentissage est un jeune en moins inscrit sous statut scolaire en
Lycée Professionnel.

Pour la défense de l’enseignement professionnel public et de ses personnels, rejoignez le SNUEPFSU.

Christophe MAYAM
Membre du bureau académique
Commissaire paritaire académique

SOMMAIRE

- Page 1 : Édito
- Page 2 : Heures Supplémentaires, Charte webmail
- Page 3 : Congrès Académique (CA) Rapport d’Activité
- Page 4 : CA : Rapport d’Activité (suite), Déclaration CTA
- Page 5 : CA : convocation
- Page 6 : CA : acte de candidature
- Page 7 : Infos CAPA, QUIZZ
- Page 8 : Bulletin d’adhésion 2013-2014

TELECHARGER LE N°96 AU FORMAT PDF


Documents joints

PDF - 2.6 Mo

Contact

FSU 37


Maison des Syndicats
18 rue de l’Oiselet
37550 St Avertin.


Tél/fax : 02 47 64 93 01
Mél : fsu37@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Mars

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
272812345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois