Intersyndicale des retraités d’Indre et Loire

CFTC-CGT-FGR-FSU-UNSA
vendredi 15 mars 2013
par  vm
popularité : 98%

Le 11 octobre 2012, les retraités étaient dans la rue.

- Pour réclamer des mesures urgentes pour stopper la dégradation du pouvoir
d’achat
notamment en direction des retraités qui touchent de basses pensions.
- Pour réclamer la création d’ un droit à prestation universelle de compensation de la perte d’autonomie quel que soit l’âge, prise en charge par la solidarité
nationale, dans le cadre de la sécurité Sociale.
- Pour que l’accès aux soins, sérieusement mis à mal par la hausse des dépenses
de santé directes (dépassements d’honoraires, franchises,…) la hausse des
cotisations des complémentaires santé et autres dispositions qui conduisent
nombre de retraités à renoncer à se soigner, soit effectif pour tous partout et à
tout moment.

- Pour s’opposer aux dispositions préconisées par le rapport de la cour des
comptes
(alignement du taux maximum de CSG pour les retraités (6.6%) sur celui
des actifs (7.5%), suppression de l’abattement de 10% pour le calcul des impôts…)
qui précipiteraient un nombre encore plus important de retraités, notamment des
femmes, dans la précarité.

Et depuis ?

Revalorisation des pensions au 1er avril 2013 ?

Les pensions ayant été revalorisées sur la base de 1.8% pour 2012 et l’inflation
moyenne pour cette même année s’élevant à 2% , le retard de 0.2 % enregistré devrait,
selon la loi, être pris en compte et s’ajouter à l’inflation prévisionnelle pour
2013. Cependant, la vigilance s’impose face aux négociations sur les retraites complémentaires,
les pressions du MEDEF et les déclarations du ministre CAHUZAC souhaitant
une désindexation à terme, totale ou partielle, des pensions sur les prix.

Protection sociale ?

L’ ONDAM (objectif national de dépenses de l’ assurance maladie) spontané ou
« tendanciel » s’établit en moyenne à 4.4 % ; il devra être contenu dans la limite de
2.7 % . Il va donc falloir réaliser 2,8 milliards d’économies par an. Mais, lesquelles ?
La CASA ( Contribution Additionnelle de Solidarité sur l’Autonomie, taxe de 0.3 %
pour les retraités assujettis à la CSG à taux plein), en vigueur à compter du 1er avril
2013.
La loi sur l’autonomie annoncée pour la fin 2013 reste source d’inquiétude, le Président
de la République ayant déclaré à Lille que la Prise en charge serait en partie
solidaire mais « qu’une part de responsabilité individuelle est indispensable parce
qu’il faut qu’il y ait la participation de chacun à l’effort ».

Accès aux soins ?

La généralisation des complémentaires est une mesure qui pourrait aller dans le
bon sens si elle ne marquait le désengagement croissant de l’ Assurance maladie
qui pourra s’en servir comme prétexte pour diminuer encore ses remboursements.
L’accord sur les dépassements d’honoraires officialise les dépassements qui ne sont
considérés comme excessifs qu’à partir de 150 % du tarif Sécurité sociale.
Faute d’argent, plus de 14% des retraités renoncent à se soigner.

Fiscalité ?

Même si globalement, la répartition des efforts semble aller dans le bon sens, des
mesures injustes comme le blocage du barème de l’impôt maintenu pour 2013 ou
la suppression de la 1/2 part pour les personnes seules ayant élevé des enfants, l’augmentation de deux taux de TVA (de 19.6à 20%, de 7 à 10 % mais de 5.5 à 5%)
à compter du 1 janvier 2014 vont aggraver la situation des retraités les plus démunis.

Nantis, les retraités ?

En France, hors Paris, 12.4 % des
personnes de plus de 65 ans sont
sous le seuil de pauvreté. En Indre et
Loire, 12.6 %. (INSEE 2010)
En France, 15.8 % de la population
pauvre sont des retraités et 4.2 %
des retraités sont pauvres. (INSEE
2010)
Une personne est considérée comme
pauvre dès lors que son niveau de vie
(revenus après impôts et prestations
sociales) est inférieur à 50 % du niveau
de vie médian (revenu pour lequel
autant gagnent moins, autant
gagnent davantage).
Le seuil est donc pour 2010 de :
- 803 euros pour une personne seule
- 1 205 euros pour un couple sans
enfant.
En France, 20.5 % des personnes de
plus de 75 ans bénéficient de l’ APA.
(Aide Personnalisée à l’ Autonomie).
En Indre et Loire, 16.4 %.
En cas de maintien à domicile des
personnes dépendantes, le CESER
(Conseil Economique, Social et Environnemental)
considère que les
plans d’aide sont insuffisants dans
25 % des cas et que l’impact du reste
à charge est non négligeable sur le
budget familial.
8 618 000 personnes sont sous le
seuil de pauvreté (seuil de 60% de la
médiane des niveaux de vie retenu
par la France) dont 1 039 000 personnes
de plus de 65 ans soit 12 %.
Source INSEE 2010

- Télécharger le communiqué intégral

- L’intersyndicale retraités sur TV-Tours


Documents joints

PDF - 807.8 ko

Contact

FSU 37


Maison des Syndicats
18 rue de l’Oiselet
37550 St Avertin.


Tél/fax : 02 47 64 93 01
Mél : fsu37@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois