Hébergement d’urgence : une nuit pour un toit

Edition du 06/12/12
jeudi 6 décembre 2012
par  vm
popularité : 100%

Trois cents personnes ont participé hier soir à la “ nuit de la solidarité ”. Une mobilisation pour que les SDF retrouvent leur dignité.


Beaucoup de Tourangeaux avaient, à titre individuel, répondu à l’invitation de la douzaine d’associations organisatrices de la manifestation. - (Photo NR, Patrice Deschamps)

Il y en a qui sont venus pour la photo mais bon, c’est bien quand même. Venu avec son chien, un SDF se demandait hier soir « si d’autres copains du foyer allaient les rejoindre place de la Préfecture », une place envahie dès 19 h par trois cents personnes ayant répondu à l’appel de la douzaine d’associations organisatrices de la nuit de la solidarité.

Parmi elles, deux jeunes femmes, assistante sociale et éducatrice. Elles étaient déjà présentes il y a deux ans, un soir de juin, lorsque l’Entraide ouvrière avait organisé le même type de bras de fer avec l’administration afin d’empêcher alors la fermeture estivale des centres d’urgence.
« Autrefois l’homme à la rue était un marginal. Aujourd’hui on travaille avec des gens qui pourraient parfaitement s’insérer, mais allez vous insérer quand la seule préoccupation de la journée c’est de savoir si le 115 va vous trouver une place pour dormir. »
Des places, depuis trois mois, il en manque 50 à Tours et 1.500 au niveau national, « ça devient chose courante, c’est en train de se banaliser », déplore Éric Lepage. Le directeur général de l’Entraide ouvrière réitère les griefs énumérés dans notre édition de lundi : un budget quasi stable alors que la demande a explosé, des disparités régionales que l’association ne s’explique pas.
A une portée de mégaphone de là, le PCF rappelle que 19.500 logements sont vacants sur le département et qu’on en dénombre 5.550 à Tours, cependant que Pierre, membre de l’Action catholique ouvrière estime « que tout le monde a droit à un peu de dignité ». Il est 20 h, la pluie commence à tomber, la soupe commence à chauffer, les couvertures de survie sont de sortie. Elles seront utiles car la nuit promet d’être longue et froide, comme elle l’est chaque jour pour la cinquantaine d’hommes et de femmes contraints de dormir dehors.

Philippe Samzun

- Lire en ligne
- Télécharger en pdf


Documents joints

PDF - 53.9 ko

Contact

FSU 37


Maison des Syndicats
18 rue de l’Oiselet
37550 St Avertin.


Tél/fax : 02 47 64 93 01
Mél : fsu37@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois