Déclaration de la FSU37

samedi 9 février 2013
par  vm
popularité : 43%

Mmes et MM. les membres du CDEN,

Ce CDEN s’ouvre dans un contexte particulier, celui de la fermeture annoncée du collège Pasteur de Tours. La fermeture de ce collège a été émaillée, depuis des années, d’annonces et de contre-annonces qui ont pour le moins semé le trouble, laissant entendre, notamment lors du dernier CDEN, que rien n’était décidé. Outre le fait que le 11 décembre dernier M. le président du CG ait refusé d’ouvrir la discussion sur la question, nous ne pouvons que regretter que cette décision soit prise de manière isolée, sans réflexion globale sur la carte scolaire du département, et sans concertation réelle des instances départementales. L’annonce de cette fermeture intervient alors même qu’un établissement privé entend ouvrir ses portes prochainement dans le quartier du Sanitas. Si le projet proposé par le département, conjointement avec la direction académique, témoigne d’une réelle volonté de préserver les élèves et les familles et de favoriser la mixité sociale, nous ne pouvons qu’interpeller le CDEN sur le projet alternatif élaboré par l’équipe éducative du collège, qui a par ailleurs soumis un vœu contre la fermeture du collège lors du dernier CA, vœu adopté à une très large majorité. Le CA a par ailleurs refusé de voter une DHG qui, dans ce contexte, confine au ridicule…
Enfin, le fascicule expliquant les modalités de la fermeture du collège, déjà distribué aux familles, nous interroge sur le rôle qu’on entend faire jouer à ce Conseil, qui est censé discuter de la situation et émettre un avis…
C’est pour toutes ces raisons que nous ne voterons pas le projet présenté par le département.

Après les suppressions massives de postes ces dernières années, la FSU juge positifs quoiqu’insuffisants l’arrêt des suppressions de postes et la création d’emplois dans l’Éducation Nationale. En même temps elle déplore que cela se fasse par redéploiement, au détriment d’autres ministères.

Ainsi dans le 1er degré, la FSU ne peut que se féliciter de la volonté d’allouer des moyens pour répondre aux besoins démographiques, mettre en place le « plus de maîtres que de classes » et développer la scolarisation des moins de 3 ans. Toutefois, les 14 postes créés dans les écoles du département sont loin de répondre à ces besoins. La création de 200 postes serait nécessaire dans le département : 120 pour ouvrir des classes, 43 pour rétablir les RASED et 37 pour créer des postes de remplaçants et assurer les décharges de direction.

Dans les collèges, la création de 21.4 équivalent temps plein pour 316 élèves de plus, ne nous permet pas de compenser les suppressions antérieures. Les 16 divisions supplémentaires vont sans doute faire diminuer quelques effectifs par classe, mais dans beaucoup d’établissements ceux-ci restent élevés.
La création des Emplois d’Avenir Professeurs (EAP) dès la rentrée 2013 constitue un premier pas vers la démocratisation de l’accès aux métiers de l’enseignement. Pourtant, cette mesure sociale en direction de certains étudiants boursiers est très loin de notre demande d’un vrai pré-recrutement : les EAP sont des contrats de droit privé sans cotisation pour la retraite qui contraignent les bénéficiaires à travailler alors qu’ils doivent simultanément terminer un master et préparer un concours…

Les inquiétudes concernant la Refondation de l’Ecole vont grandissantes chez nos collègues et la FSU demande au ministre une remise à plat des réformes. Nous demandons une réforme des rythmes ambitieuse dans l’intérêt des élèves et des enseignants. Alors que cette question arrive loin derrière les principales demandes des enseignants du 1er degré pour améliorer les conditions d’accueil et de réussite des élèves, le décret sur l’aménagement du temps scolaire est aujourd’hui la mesure phare du Ministre. Sa mise en place génère inquiétude et agacement chez nos collègues qui craignent que cette réforme se fasse au détriment des élèves et de leurs conditions de travail. En effet, la réduction de la journée scolaire se fait à minima sans que nous ayons obtenu de garanties sur un accueil péri scolaire gratuit et de qualité. En outre, l’absence de consultation des enseignants sur cette question, ainsi que le rôle minoré des conseils d’école, font craindre une aggravation des inégalités territoriales, notamment dans l’organisation des Projets éducatifs Territoriaux. Enfin, l’ajout d’une demi-journée de travail pour les enseignants modifie leur amplitude de travail sans qu’aucune compensation salariale ne soit à ce jour envisagée, et alors même que leur temps de travail est aujourd’hui évalué à plus de 43h hebdomadaires par différentes études.

Beaucoup reste à faire pour que l’école devienne réellement le lieu de réussite de tous les élèves. En ce qui concerne les personnels, il n’y aura pas de véritable Refondation sans reconnaissance et revalorisation des personnels et des métiers. Comme pour tous les personnels de la Fonction Publique leurs salaires et leurs conditions de travail doivent être améliorés et la journée de carence supprimée. C’est pour ces raisons que nous étions en grève le 31 janvier et que nos collègues du 1er degré seront en grève le 12 février prochain.


Contact

FSU 37


Maison des Syndicats
18 rue de l’Oiselet
37550 St Avertin.


Tél/fax : 02 47 64 93 01
Mél : fsu37@fsu.fr

Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois